Imprimer (nouvelle fenêtre)

Chapitre 1 Les arbres

Jardin de devant - la cour


Arbres et arbustes s’organisent ici autour de la cour. Cet espace pavé et gravillonné se présente comme une introduction à la maison.

Plan localisant l'arbre de Judée dans le jardin du musée


Arbre de Judée

photo de fleurs de l'arbre de judée dans le jardin du musée.

Fleur d'arbre de Judée
Cliché Y.Bourhis/CG77 - D.R.

Nom latin : Cercis Siliquastrum
Famille : Fabacées
Espèce : Siliquastum

L’arbre de Judée s’appelait autrefois l’arbre de Judas car c’est à cet arbre que selon la légende Judas Iscariote se serait pendu après avoir livré Jésus. Originaire du Proche-Orient, son introduction en France est très ancienne, peut-être à la période des croisades. Très élégant, l’arbre se présente par de grosses branches qui partent à raz du sol et se termine par une cime aplatie. En plus d’un feuillage arrondi, caduque et vert, il offre de très jolies fleurs rose violacé en avril-mai qui poussent directement sur le tronc et muri l’été avec des gousses apparentées à des graines, d’où son deuxième nom, le gainier.

L’info + : il préfère les sols calcaires et sablonneux.

Retour au menu
Plan Marronnier Blanc


Le marronnier blanc

Photographie du marronnier blanc dans le jardin du musée

Le marronnier blanc
Cliché Y.Bourhis/CG77 - D.R.

Nom latin : Aesculus Hippocastanum
Famille : Hippocastanacées
Espèce : Hippocastanum

Historique
Originaire de Grèce et de l’Albanie, le marronnier arrive en Europe occidentale au 16ème siècle. Sa croissance rapide et sa masse puissante - il peut atteindre jusqu’à 30 m de haut - ont favorisé sa large diffusion. Il devient ainsi le « chéri » des parcs du fait de son ombrage ou des bordures de routes grâce à sa taille facile. L’arbre propose de belles feuilles composées de folioles de couleur verte qui jaunissent à l’automne, juste avant de tomber. Il fleurit en avril-mai d’abondantes pannicules blanches et murit en octobre de marrons à capsule épineuse.

L’arbre et Mallarmé
Planté par Geneviève, ce marronnier offre comme au temps des Mallarmé son ombre aux visiteurs les jours d’été ensoleillés. La datation établie par l'Office National des Forêts en septembre 2014 nous permet d'avoir plus de précision sur l'âge de l'arbre et sa date de plantation. Par cette étude, l'ONF a estimé l'âge de l'arbre à 139 ans. Les arbres sont généralement plantés en haute tige de 2 à 3 m de haut ayant un âge de 5 à 10 ans environ. Pour l'ONF, la plantation du marronnier a donc probablement eu lieu aux environs des années 1880 - 1885.

Un second marronnier était présent dans la cour mais il a du être coupé par les descendants Bonniot après la seconde guerre mondiale.

L’info + : le mot « marron » apparaît avant l’introduction du marronnier et désigne une grosse châtaigne. Les marrons glacés ou la crème de marron sont donc bien fabriqués à base de châtaignes et à l’inverse on appelle encore dans les campagnes, « marronniers », des châtaigniers greffés. Mais attention les fruits du marronnier d’inde car ils sont très toxiques.

Retour au menu

J'ajoute que le petit marronnier monte trop haut et fait moins d'ombre; et que j'hésite à le faire tailler, en feuilles…

Lettre de Stéphane Mallarmé à Marie et Geneviève Mallarmé, le 6 mai 1896

Quand au marronnier je ne sais? Si tu pouvais demander à des gens expérimentés.

Réponse de Geneviève Mallarmé à Stéphane Mallarmé, le 8 mai 1896.

Jardin de derrière - le verger de plein vent


Le jardin de derrière, clos de murs, est principalement habité par de vieux arbres fruitiers (pommiers, poiriers, cerisiers…). Le plan adopté par Florence Dollfus se veut clair et régulier. L’ensemble s’autorise une progression du construit (pommiers en cordons) au sauvage (verger de plein vent). Les espaces carrés créés par Florence Dollfus rappellent la forme de potagers.

Ici, les arbres fruitiers rappellent l’importance de la culture maraîchère dans la vallée de la Seine au 19ème siècle. En 1888, Louis Poulain, instituteur dans le hameau, écrit une monographie détaillée sur la situation géographie, économique et sociale de Vulaines-sur-Seine. Il précise que la plupart des habitants du hameau et ses environs sont vignerons ou petits cultivateurs. La principale ressource des habitants était constituée de la vente de fruits.

En 2011, un pressoir à fruits a été inauguré dans le jardin. Si l’installation n’était vraisemblablement pas présente dans le jardin du temps de Mallarmé, elle y trouve néanmoins toute sa justification au regard de l’importance de la culture maraîchère de la vallée et permet à la saison d’automne de fait revivre la tradition briarde du jus de pommes.

Tilleul de Hollande

Plan localisant le tilleul de Hollande dans le jardin du musée.

Nom latin : Tilia X Vulgaris
Famille : Tilacées
Espèce : X vulgaris

Cet arbre majestueux, est traditionnellement associé à un thème sacré ou divin. Il fut notamment l’un des arbres choisis pour incarner les valeurs de la révolution française en 1792. De grande taille, il offre avec ses feuilles en forme de cœur, un ombrage agréable les jours de chaleurs. Mais ce qui le caractérise, c’est le parfum délicieux de ses fleurs. Au début de l’été, l’arbre embaume avec ses généreuses grappes de fleurs jaunes et blanches très appréciées d’ailleurs des abeilles.

Retour au menu
Photo d'un pommier en fleur dans le jardin du musée.

Pommier en fleur dans le jardin du musée
- Cliché Y.Bourhis/CG77 - D.R.


Les arbres fruitiers

La pomme est parmi tous, le fruit traditionnellement cultivé en Seine-et-Marne pour la fabrication du jus de pommes. Florence Dollfus a choisit de planter de nombreuses variétés anciennes de pommes dîtes « à couteau » c’est-à-dire consommées telles quelles, dont certaines espèces devaient occuper les étals des marchés fréquentés par les Mallarmé. La présence d'autres fruitiers nous rappelle que la vallée était également réputée pour la culture de ses fruits de luxe.

L’identification exacte des différentes variétés d’arbres fruitiers dans le jardin est chose délicate car faute de posséder une liste des plantations, seule une étude attentive des arbres et fruits peut aujourd’hui nous éclairer. Ainsi, les fruits n’arrivant pas à maturation tous en même temps, il est parfois difficile de coordonner la venue d’un expert… Aussi, certaines espèces d’arbres n’ont pas pu encore être identifiées, tout simplement parce qu’elles étaient dépourvues de fruits au moment de l’étude.

Retour au menu
Plan Pommier Belle de Boskoop


Pommier Belle de Boskoop

Description de l'image

Pommes Belle de Boskoop
- Cliché Y.Bourhis/CG77 - D.R.

Nom latin : Malus Belle de Boskoop
Famille : Rosacées
Espèce : Belle de Boskoop

La variété Belle de Boskoop est identifiée en 1856. Les arbres présents dans le jardin n’ont pas été taillés. Ce pommier à port étalé est de très bonne vigueur avec une bonne productivité. Il donne des fruits irréguliers, de gros calibre, de couleur vert clair à plaques rouge vif. Leur chair est très granuleuse, demi-croquante, juteuse et acidulée. 

Retour au menu
Plan localisant les pommiers Calville Blanc dans le jardin


Pommier Calville Blanc

Photographie d'une pomme calville blanc

Pommes Calville Blanc
- Cliché Y.Bourhis/CG77 - D.R.

Nom latin : Malus pumila Calville Blanc
Famille : Rosacées
Espèce : Calville Blanc

Le pommier Calville Blanc a été identifié en 1558. Les Calville ne constituent pas une famille au sens botanique du terme mais un type de fruits ayant une couronne particulièrement bosselée.
Présent dans le jardin sous la forme de la taille en cordon et en gobelet, cet arbre d’une vigueur moyenne est cependant très fertile. De maturité très tardive, il donne un gros fruit à forme irrégulière et côtelée, brillant de couleur jaune paille ponctué de gris blanc et parfois strié de rose côté soleil. Présente sur les étals des marchés au 19ème siècle, cette pomme est achetée à l’unité jusqu’à mars-avril et appréciée pour sa chair fine, ferme et sucrée. Elle était cultivée à Thomery notamment.

L’info + : savoureuse en tarte !

Retour au menu
Plan localisant les pommiers Reine des reinettes dans le jardin


Pommier Reine des reinettes

Photographie de pommes Reine des reinettes

Pommes Reine des Reinettes
- Cliché Y.Bourhis/CG77 - D.R.

Nom latin : Malus pumila Reine des Reinettes
Famille : Rosacées
Espèce : Reine des Reinettes

La Reine des reinettes a été inventoriée en 1802 mais elle est sans doute présente dés le 13ème siècle. La classification Reinette ne constitue pas une famille en soi mais semble avoir regroupé des pommes de bonne qualité esthétique et gustative.
Dans le jardin, ce pommier est présent sous deux formes, en arbre de plein vent ou taillés en gobelet. Il est de bonne vigueur avec une mise en fruits assez rapide. Les pommes sont de taille moyenne, légèrement tronconique, de couleur jaune avec des stries orange à rouge. Leur maturité s'échelonne sur 20 à 30 jours avec des risques de chute. Le succès de cette pomme tient à sa belle forme mais aussi à sa chair fine, croquante, juteuse, sucrée, acidulée et très parfumée.

Retour au menu
Plan localisant les pommiers Reinette grise du Canada dans le jardin du musée


Pommier Reinette grise du Canada

Photographie d'une pomme Reinette grise du Canada

Pommes Reinette grise du Canada
- Cliché Y.Bourhis/CG77 - D.R.

Nom latin : Malus pumila Reinette grise du Canada
Famille : Rosacées
Espèce : Reinette du Canada

Malgré son nom, la Reinette grise du Canada est originaire de Grande Bretagne, elle est signalée en France en 1805. Sa qualification en Reinette tient au fait qu’elle soit entièrement recouverte de roussissure, à savoir que son épiderme soit rugueux sur toute sa surface. Cette pomme est tardive, elle se récolte mi-octobre jusqu’à la fin du mois de novembre et peut se consommer jusqu’en mars-avril. D’un aspect plutôt rustique avec son épiderme rugueux de couleur jaune verdâtre et gris-brun, la pomme n’en est pas moins savoureuse avec une chair croquante, sucrée et très juteuse. Dans le jardin, les pommiers sont taillés en cordon.

L’info + : le pommier n’est pas auto-fertile et doit être associé à un autre arbre comme la Reine des Reinettes pour donner des fruits.

Retour au menu
Plan localisant les pommiers Reinette blanche du Canada dans le jardin du musée


Pommier Reinette blanche du Canada

Photographie d'une pomme Reinette blanche du Canada

Pomme Reinette blanche du Canada
- Cliché Y.Bourhis/CG77 - D.R.

Nom latin : Malus pumila Reinette Blanche du Canada
Famille : Rosacées
Espèce : Reinette du Canada

La Reinette blanche du Canada est connue depuis 1802. De couleur vert jaunâtre, ses fruits sont plutôt gros, irréguliers, ronds. Sa chair est un plus parfumée que sa consœur canada grise. Les arbres sont taillés en cordon et en gobelet.

L’info + : cette pomme est idéale pour les compotes

Retour au menu
Plan localisant les pommiers Transparente blanche dans le jardin du musée


Pommier Transparente blanche

Photographie d'une pomme transparente blanche

Pomme Transparente blanche
- Cliché Y.Bourhis/CG77 - D.R.

Nom latin : Malus domestica Transparente Blanche
Famille : Rosacées
Espèce : Transparente Blanche

La Transparente Blanche a été identifiée en 1852. Auto fertile, l’arbre donne ses fruits très précocement, c’est une des premières pommes d’août ! Elle est aussi appelée « pommes de moisson » puisqu’elle arrive à maturité en même temps que les moissons de blé et d’avoine. De couleur blanc verdâtre au jaunâtre, le fruit est rond et légèrement conique. Sa chair est fine, blanche, croquante, juteuse et acidulée. La pomme, légèrement fragile, se déguste de préférence quelques jours suivant la cueillette. Les pommiers dans le jardin sont présents en cordon.

L’info + : très bonne pomme de cuisson qui donne des compotes très fine, elle peut être séchée également.

Retour au menu
Plan localisant les pommiers Starking Delicious dans le jardin du musée


Pommier Starking Delicious

Photographie d'une pomme Starking Delicious

Pommes Starking Delicious
- Cliché Y.Bourhis/CG77 - D.R.

Nom latin : Malus pumila Starking Delicious
Famille : Rosacées
Espèce : Starking Delicious

La récente Starking Delicious apparaît au milieu du 20ème siècle. L’arbre est présent dans le jardin sous la forme de cordon. Vigoureux et de bonne productivité, il n’est pourtant pas auto-fertile. Aussi pour obtenir des fruits de façon régulière, il faut impérativement un autre pommier pollinisateur à cette espèce, comme la Golden Delicious ou Reine des reinettes. A maturité en septembre, il donne un fruit moyen à gros, rouge foncé et brillant.

L’info + : la pomme peut se conserver au frais jusqu’à trois mois.

Retour au menu
Plan localisant les pommiers Golden Delicious dans le jardin du musée


Pommier Golden Delicious

Photographie de pommes Golden Delicious

Pommes Golden Delicious
- Cliché Y.Bourhis/CG77 - D.R.

Nom latin : Malus pumila Golden Delicious
Famille : Rosacées
Espèce : Golden Delicious

La Golden Delicious est une espèce récente qui apparaît au début du 20ème siècle. Présent dans le jardin en cordon et en gobelet, l’arbre se distingue par sa jolie floraison blanc-rosé, fin mars-début avril. Il donne dés septembre une pomme de belle taille avec sa fameuse peau jaune doré.

L’info + : la pomme offre plus de saveur lorsqu’elle tout juste cueillie et conservée dans un endroit frais.

Retour au menu
Plan localisant le poirier Curé dans le jardin du musée


Poirier Curé

Photographie d'une poire curé

Poire Curé
- Cliché Y.Bourhis/CG77 - D.R.

Nom latin : Pyrus communis "curé"
Famille : Rosacées
Espèce : Communis curé

Deux spécimens sont présents dans le jardin, l’un taillé en espalier, l’autre, en arbre de plein vent a été planté récemment. Le poirier « Curé » est un arbre très vigoureux, rustique et fertile. Il a une maturité longue qui s’étale d’octobre à décembre. Il donne alors des fruits assez gros et longs, de couleur verte à l'ombre et plutôt jaune côté soleil. Sa chair blanche est fine, fondante, sucrée et savoureuse.

L’info + : la poire est excellente en compote ou cuite au four.

Retour au menu
Plan localisant le Cognassier dans le jardin du musée


Cognassier Champion

Photographie de fleurs du Cognassier Champion

Fleurs de Cognassier Champion
- Cliché Y.Bourhis/CG77 - D.R.

Nom latin : Cydonia oblonga
Famille : Rosacées
Espèce : Oblonga
Variété : Champion

Originaire du Caucase et d’Iran, cet arbre atteint en général 4 à 5 m de haut alors qu’à l’état sauvage, il reste un arbrisseau. Très vigoureux, il résiste bien au froid et est utilisé fréquemment comme porte-greffe pour le poirier commun. C’est également avec ses grandes feuilles vert foncé, ovales et lisses, un bel arbre d’ornement qui propose en mai - juin de belles fleurs blanc rosé. Son fruit, le coing, est jaune d’or et très odorant quand il arrive à maturité. Duveteux en surface, sa chair est cotonneuse, sucrée mais âpre et astringente.

L’info + : le coing se déguste en gelée et pâtes de fruit.

Retour au menu

Pêcher

Plan localisant le pêcher dans le jardin du musée

Nom latin : Prunus persica
Famille : Rosacées
Espèce : Persica

Originaire de la Chine, le pêcher ne fut réellement apprécié en France qu’à partir du 17ème siècle. L’arbre ne dépasse en général pas 4 à 5 m de haut. Il fleurit en avril et donne ses fruits pour l’été, lesquels sont globuleux, duveteux à noyaux gros. Le spécimen planté récemment rappelle l’importance de l’arboriculture dans la vallée au 19ème siècle. La réputation des pêches de Montreuil-sous-bois vaut celle de Thomery pour le raisin. Cultivé en espalier, ce fruit de luxe se vendait à l’unité sur les étals des halles de Paris.

L’info + : les pêches de luxe vendues à l’unité étaient brossées, véritable supplice pour l’arboriculteur car le duvet de ce fruit est un véritable « poil à gratter ».

Retour au menu

Prunier Reine-Claude violette

Plan localisant les pruniers dans le jardin du musée

Nom latin : Prunus Domestica
Famille : Rosacées
Espèce : Domestica

D’un possible croisement entre un prunier sauvage et un prunier cerasifera, le prunier domestique s’est disséminé dans toute l’Europe. Il s’épanouit jusqu’à 10 m de haut et propose de jolis fruits allongés violacés dont la chair juteuse et sucrée n’adhère pas au noyau. La récolte a lieu en septembre.

Retour au menu

Mirabellier de Nancy

Plan localisant le mirabellier dans le jardin du musée

Nom latin : Prunus Domestica
Famille : Rosacées
Espèce : Domestica

Variété du prunier, le mirabellier est très répandu en Lorraine et en Alsace du Nord. Mi-août, il offre de petites grappes de fruits ronds, jaune-orangé parfois un peu verdâtre ou rouge légèrement orangé. De nombreux pointillés rouges sont parsemés sur la peau lisse. C’est un excellent fruit de bouche pour son goût très sucrée. Ici, cet arbre auto fertile s’épanouit seul en arbre, au fond du jardin.

L’info + : les mirabelles peuvent être transformées en eau-de-vie ou liqueur, à déguster avec modération !

Retour au menu
Plan localisant les cerisiers dans le jardin du musée


Cerisier aigre ou Cerisier Griotte de Montmorency

Photographie d'un cerisier en fleur

Cerisier aigre ou cerisier Griotte de
Montmorency en fleur
- Cliché Y.Bourhis/CG77 - D.R.

Nom latin : Prunus cerasus griotte de Montmorency
Famille : Rosacée
Espèce : Griotte de Montmorency

Originaire des forêts d'Asie Mineure, le Prunus Cesarus a été introduit en Italie peu avant notre ère et s'est répandu largement en Europe. Cette variété, très classique, produit des fruits de taille moyenne, rouge vif, globuleux, à la peau translucide. Sa chair molle, au jus incolore, est idéale pour faire des confitures car consommée seule, la griotte est acide et légèrement amer. L'arbre de petite taille, est d'une vigueur moyenne mais de bonne productivité. Sa floraison est blanche au printemps. Les spécimens dans le jardin sont cultivés de plein vent.

L'info + : la griotte est excellente cuite, dégustée en clafoutis

Retour au menu

 Maman a acheté un très beau petit cerisier à Prudence : j'y vais passer ma vie et tu verras ce qu'on en mangera à ton arrivée.

Lettre de Geneviève Mallarmé à Stéphane Mallarmé. Valvins, jeudi 18 juin 1885.