flux rss Imprimer (nouvelle fenêtre)

L'Anglais récréatif

  • Retour
  • 20-09-2014
  • Exposition

Pour la première fois, "L’Anglais récréatif ou Boîte pour apprendre l’Anglais en jouant et seul" de Stéphane Mallarmé fait l’objet d’une exposition. Autour de ce manuscrit original est évoqué l’intérêt que portait le poète à la pédagogie de la langue anglaise. L'exposition est divisée en deux volets : "Mallarmé pédagogue" du 20 septembre au 21 décembre 2014 et "Geneviève Besse like(s) Mallarmé" du 7 janvier au 30 mars 2015.

"Mallarmé pédagogue" du 20 septembre au 21 décembre 2014

Cette exposition dresse le portrait de Mallarmé professeur au travers du témoignage de ses contemporains et de ses projets et travaux de recherches linguistiques. Elle dévoile un visage inattendu du poète, père attentif et pédagogue novateur, à travers une cinquantaine d’œuvres comprenant manuscrits, éditions originales imprimées, jeux et dessins.

Mallarmé, un pédagogue novateur...

Stéphane Mallarmé,
L'Anglais récréatif, fiche I
© Chancellerie des Universités de Paris
Bibliothèque littéraire
Jacques Doucet / Cohen&Cohen éditeurs.

Devenant professeur d'anglais en 1863, Mallarmé est un enseignant à la pédagogie peu ordinaire. Le poète crée vers la fin des années 1870 une méthode ingénieuse et novatrice intitulée L'Anglais récréatif ou Boîte pour apprendre l'anglais en jouant et seul. Composé de seize fiches animées au moyen de tirettes, de roues et de ficelles, cet outil pédagogique rappelle les livres à systèmes très en vogue à l'époque. L'exposition présente les fiches originales récemment restaurées et conservées à la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet. Vous pourrez également manipuler le fac-similé de ces fiches éditées par Cohen&Cohen éditeurs.

Des méthodes ludiques d'apprentissage des langues étrangères, provenant de divers pays d'Europe de la seconde moitié du 19e siècle, sont également présentées afin de replacer dans son contexte historique la pédagogie des langues initiée par le poète, faisant la part belle aux illustrations, aux livres animées et aux jeux (loto, jeu de domino, jeu de l'oie...)



... et un père attentif

Chat d'Anatole en bois © Y. Bourhis
Musée départemental Stéphane Mallarmé

L'exposition dévoile un père attentif à l'épanouissement de ses enfants et présente un ensemble de jeux et de jouets leur ayant appartenu.

Mallarmé entretient en effet une tendre complicité avec « Vève » (Geneviève, 1864-1919 ) et « Tole » (Anatole, 1871-1879), et s’applique à leur acheter voire à créer pour eux toutes sortes de jeux.

Une salle de classe de la fin du 19e siècle

Plaque de lanterne magique sur les rois
France © Y. Bourhis
Musée départemental Stéphane Mallarmé

La troisième salle de l'exposition reconstitue une salle de classe vers 1880, à travers un mobilier d'époque, des projections alternées de lanterne magique - utilisée dans l'enseignement au 19e siècle-, et au son des "Nursery Rhymes".

Un professeur chahuté

Tout au long de sa carrière, Mallarmé est chahuté par ses élèves qui animent ses cours de cris, sifflements et imitations diverses. Une ambiance de classe peu propice aux Divagations du poète. Mais au lieu de punir, Mallarmé préfère déléguer au bon élève de la classe la charge du maintien du calme.

Vous pourrez lire différents témoignages d'anciens élèves de Mallarmé ainsi que des rapports d'inspecteurs.

Apprendre en s'amusant - Une exposition ludique et accessible

Stéphane Mallarmé, L'Anglais récréatif, fiche XII
© Chancellerie des Universités de Paris
Bibliothèque littéraire
Jacques Doucet / Cohen&Cohen éditeurs.

La scénographie ludique et pédagogique met à disposition du public de nombreux jeux.

Dans la première salle, quatre des jeux proposés par Mallarmé ont été réalisés et vous permettent d'apprécier la pédagogie du poète pour apprendre la langue anglaise. Venez vous-aussi apprendre l'anglais en vous amusant !

Dans la deuxième salle, vous pourrez également vous amuser à manipuler des livres animés et à jouer à un jeu du 19e siècle reconstitué.


Pour les publics malvoyants et non-voyants, les fiches pédagogiques de Mallarmé, les jeux et cartels explicatifs sont reproduits en gros caractères et en braille. Des audioguides présentant chaque salle de l'exposition sont également à votre disposition. Des visites adaptées sont proposées sur réservation.


Pour les publics sourds pratiquant la LSF, des visites guidées adaptées et traduites en LSF par un interprète sont proposées sur réservation.




Handicap mental : Des visites adaptées sont proposées sur réservation, accompagnées d'un cours-atelier pour s'initier à la langue anglaise en s'amusant.

Programmation pour les scolaires

C’est presque du pop up !
Tout comme Mallarmé dans ses fiches pédagogiques, les élèves réalisent des cartes à systèmes de tirettes, pliages ou rabats.
8-12 ans

Parlons anglais !
Les élèves découvrent les mots anglais et leur prononciation. Puis, comme dans les cours de Stéphane Mallarmé, ils chantent des chansons tirées des « Nursery Rhymes ».
8-12 ans

"Geneviève Besse like(s) Mallarmé" du 7 janvier au 30 mars 2015

Le second volet de l'exposition est consacré à Geneviève Besse qui propose une relecture contemporaine des fiches pédagogiques de Mallarmé.

Un regard contemporain

Geneviève Besse, Douze variations pour Mallarmé,

Peinture acrylique, encre de Chine et pastel

sur papier «pur» chiffon du Moulin Larroque.

© François Joly

L'artiste plasticienne a réalisé pour le musée une série de douze grandes toiles inspirées des fiches pédagogiques de Mallarmé.

Geneviève Besse rend hommage, par ses toiles, au poète mais surtout à ses fiches pédagogiques, étonnantes à ses yeux, ensemble à la fois très ludique et très élaboré.

Marquée depuis son adolescence par Igitur, l'artiste a également souhaité apporter son interprétation de ce conte philosophique, qui selon elle, forme la matrice de l’œuvre de Mallarmé. Geneviève Besse nous offre ainsi son regard sur le travail du poète. 

L’exposition dévoile un nouveau volet de l'’influence importante de Mallarmé sur les artistes contemporains.

Geneviève Besse, une artiste "habitée par la passion des mots"

Geneviève Besse à côté d'une
de ses toiles © François Joly

Le travail de Geneviève Besse est depuis toujours conduit par ses deux passions : la peinture et les pédagogies alternatives comme la méthode Montesori. Après une formation intensive de dessin et de peinture dans l’atelier de Marc Ghirardi à Pau, elle revient à Tours dans les années 1960 et crée avec son mari André Besse un atelier d’éveil artistique pour enfants, l’un des premiers en France.
Pendant trente ans, 3000 enfants seront ici formés et éveillés à différentes pratiques artistiques. Durant la même période, l'artiste, nourrie de ses rencontres avec Bazaine, Ubac, Sonia Delaunay, Max Ernst ou encore Calder, réalise des peintures et impose son style dans le paysage artistique français. Au milieu des années 1990, sa carrière connaît un tournant. Fascinée par l’écriture et les mots, elle collabore avec poètes et écrivains pour créer des livres d'artistes, manuscrits ou imprimés. Les mots dés lors ne la quittent plus, elle les introduit dans ses toiles peintes.
De là, naissent les interversions en 2006 : de grandes toiles de mots qui inversent les codes du livre. Partant de l'idée du livre qui se découvre seul, l'artiste créé au contraire une oeuvre grand format qui est regardée par 7 ou 8 personnes en même temps. L'objet livre est ainsi détruit et fait place à une nouvelle composition née des discussions du public sur les mots. Une nouvelle fois le jeu prime dans son travail !

Présente dans de nombreuses collections publiques, l'artiste a déjà collaboré avec le musée Rabelais de Seuilly et le musée Balzac de Saché. 

Pour en savoir plus : www.genevievebesse.com