flux rss Imprimer (nouvelle fenêtre)

Quel âge ont-ils ?

  • Retour
  • 03-12-2014
  • Datation de deux arbres du jardin du musée

La plupart des arbres du jardin du musée ont été plantés après 1985, date de l'achat de la maison par le département de Seine-et-Marne. Cependant, certains arbres datent d'avant la transformation de la maison en musée. Dans un souci de mieux connaître les espèces végétales du jardin, le musée a demandé à l'Office National des Forêts de procéder à la datation de 2 arbres : le marronnier à l'entrée du musée et le pommier Belle de Boskoop au fond du jardin.

Comment sait-on l’âge d’un arbre ?

Datation à l’aide d’une tarière de Pressler

Chaque année, depuis sa naissance, l’arbre ou l’arbuste constitue de façon concentrique une couche de bois appelée cerne d’accroissement annuel à partir de l’assise génératrice située à fleur d’écorce.
Les cernes se différencient entre eux par la présence au sein de la couche, d’une zone de bois dite « bois de printemps» plus ou moins marquée selon les sujets, de couleur et de structure différentes du reste de la couche dite «bois d’été».
Le principe de la datation repose sur l’observation visuelle de ces cernes d’accroissement annuels dont le décompte entre l’assise génératrice et le cœur du tronc permet de déterminer l’âge du sujet au niveau du prélèvement effectué.

Pour observer les cernes d’accroissement annuels, il faut réaliser un carottage, c’est-à-dire extraire une carotte de bois à la base du tronc dans le sens radial, avec passage par le cœur de l’arbre, à l’aide d’une tarière de « Pressler ».
On décompte ensuite sur cette carotte de bois des cernes d’accroissement situés entre le cœur et l’écorce.
Enfin, l’utilisation d’un révélateur chimique (le Phloroglucinol) permet d’accentuer le contraste des cernes et faciliter leur comptabilisation.

Datation du marronnier

Le grand marronnier, un arbre vieux de presque 140 ans

Photographie du marronnier du jardin de devant

© Yvan Bourhis / DPC / CG77

Situé à l'entrée du musée, ce grand marronnier de 14 mètres de hauteur, planté par Geneviève, la fille du poète, offre, comme au temps des Mallarmé, son ombre aux visiteurs les jours d’été ensoleillés.

La datation procédée par l'Office National des Forêts en septembre 2014 nous permet d'avoir plus de précision sur l'âge de l'arbre et sa date de plantation.

L'état de dégradation d'une partie du bois a conduit l'ONF à réaliser deux carottages, le premier à 0,75 m du sol, le deuxième à 1,75 m. La difficulté de prélever des carottes complètes sur l'arbre n'a pas permis d'avoir un comptage précis mais une estimation basée sur la partie lisible des carottes de bois et le calcul lié à la vitesse de croissance moyenne estimée sur le reste de la vie de l'arbre.

Par cette étude, l'ONF a estimé l'âge de l'arbre à 139 ans. Les arbres sont généralement plantés en haute tige de 2 à 3 m de haut ayant un âge de 5 à 10 ans environ. Pour l'ONF, la plantation du marronnier a donc probablement eu lieu aux environs des années 1880 - 1885.

A cette époque, Mallarmé multiplie ses séjours à Valvins et fait d'autres plantations avec sa fille Geneviève comme celle d'un cerisier.

Datation du pommier Belle de Boskoop

Un pommier de 77 ans

Photographie du pommier Belle de Boskoop dans le jardin du musée

© Yvan Bourhis / DPC / CG77

Situé au fond du jardin, ce pommier de 8 mètres de hauteur, est postérieur à Mallarmé.

La datation du pommier est nettement plus précise que celle du marronnier du fait de l’extraction d’une carotte de bois complète, à 20 cm du sol, permettant le comptage de 77 cernes entre l’écorce et le cœur de l’arbre.

Le pommier est donc âgé de 77 ans et a été planté vers 1937-1940, selon la taille du plant lors de la plantation.