Stéphane Mallarmé

La lanterne magique de Geneviève Mallarmé

Présentée dans la « chambre » de Geneviève, la fille de Mallarmé, cette lanterne magique, de marque Lapierre, a été fabriquée vers 1885. Le musée l’a reçue en don en 2003 avec 73 plaques de verres. Elle témoigne des loisirs de la famille Mallarmé et de la vogue des lanternes magiques au 19ème siècle.

Petite histoire de la lanterne magique

Inventée par Christian Huygens au 17ème siècle, la lanterne magique permettait de projeter sur un mur blanc des images translucides peintes sur des plaques de verre - comme par magie, d'où son nom !

Le 19ème siècle marque l’industrialisation de la production des lanternes magiques. Tantôt réservées à un usage privé, tantôt exploitées en public dans les foires, elles deviennent aussi au 19ème siècle un jouet que l’on offre aux enfants et un outil pédagogique utilisé par les enseignants.

Les plaques de verre de Julie Manet

La plupart des plaques de verre des collections du musée représentent des contes de fées (Le Petit chaperon rouge, La Barbe bleue...), des fables enfantines, des scènes historiques et des caricatures.

Certaines d'entre elles ont été peintes par Julie Manet, la fille de Berthe Morisot. La jeune fille raconte dans son journal intime avoir peint trois plaques de verre d’après les mésaventures de miss Vos, une de ses amies. Celle-ci, lors d'un séjour à Valvins en août 1896, s’était égarée dans la forêt au cours d’une promenade. Surprise par l’orage, elle finit par tomber dans un trou d’où des soldats, tombés à leur tour, parvinrent non sans mal à la tirer. Julie projeta cette courte histoire le 17 septembre 1896 devant les Mallarmé, Miss Vos et quelques voisins !